« L'ex femme de ma vie | Accueil | Le script de mon dernier Court-métrage »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Tatiana

Rien à voir... merci pour le lien vers le blog 2046, mon film fetish... et quelle BO !

benji

salut, je débarque aujourd'hui sur votre site qui m'a l'air très interresant.jai moi même ecrit realiser et monter des courts metrages je suis égalamne comédien. Mais là n'est pas l'objet de ma premiere visite, je viens de louer en dvd le film "le couperet" qui est excellent ...un petite chôse me gène...la fin...pour toi qui cette femme que l'on voit à la fin du film quand elle rentre dans le restaurant ou José garcia est entrain de déjeuner...ai je louper quelque chôse...mais je n'arrive pas du tout a voir qui est cette femme.
merci pour votre réponce. par la même occasion si vous pouviez m'envoyer le lien de votre film je vous remercie.
benjamin

Arsret

Bonjour benji.
Cette femme que l'on apercoit dans le café à la fin du film, fait référence à une scène antérieure à l'histoire.
Elle nous ramene au moment au José Garcia croise ,dans un café aussi, pour la première fois, la personne qu'il veut tué pour avoir sa place.

Cette scène est juste pour dire au spectateur que les actes effectués par José Garcia peuvent être fait par n'importe qui, SUR n'importe qui...

Si je me rapelle bien Costa-Gravas nous à dit qu'avec cette scène aussi il voulais pointé du doigt le fait que les femmes trouvé moins facilement du boulot et qu'elles aussi pouvais en arrivé au point de tué ses rivaux !!!


Je sais pas si j'ai été très clair hésite pas à me redemander des précisions si mon explication laisse a désiré ;)

sarah

Bonjour Arset,

je suis desolee mais ton explication n est pas tres claire pour moi.
Celà signifie t il que José Garcia est un rival pour cette femme? Que cette derniere sera prete a tout pour obtenir cet emploi?

Merci bcp davance.

cette femme est l'ex d'un type qu'il a tué...

en fait, la femme est l'ex concierge de josé garcia

c'est une femme déguisée en ingénieur papier

non c'est un homme qui cherche à se faire plaindre en se déguisant en chercheuse d'emploi

Ecoutez !
La femme que l'on voit à la fin du film, accoudée au comptoir est une actrice.

C'est la mère du réalisateur qui la fait apparaitre comme simple figurante d'une façon trés discrète... c'est une femme qui a voté pour sarko le nain.

le comptoir est symbolique...
La femme est belle, mystérieuse...
l'homme est ravalé au rôle d'homme/machine/de viande à travailler ou à licencier...
elle ne rigole pas
elle désaprouve
elle pense que l'entreprise est une chose merveilleuse et que cet homme est sale

Je crois qu'elle livre des pizzas

José garcia incarne la bête immonde : le travailleur, qu'il faut enchaîner et brimer pour le contenir dans un rôle passif et cervil.
elle, représente la femme à vendre qui a réussi, type cécilia qui se marie avec un homme de 30 ans son ainé, qu"elle voudrait nous faire croire qu'elle l'a aimé, choisi.
La morale de cette histoire est : tant quà faire de se vendre, autant se vendre cher (c'est ce qu'elle voudrait faire croire), ou bien tout faire sauter (c'est ce qui est trop dur pour tous)...

MORALITE ZERO :
Plus on se vend tôt, meilleur est le prix, plus facile est la vente, plus la pilule est amer pour le (la) prostitué...
Quand on se vend tard, on ne vaut plus rien ou presque rien, c'est pathétique, çà permet de sauvegarder un peu de dignité, puisqu'on est gratuit, on se range, on se ment, on oubli l'affront...
Il va falloir recommencer LA REVOLUTION !

Et si cette femme était une policière... ?
Parce que : éliminer tous ses "concurrents" pour finalement se faire embaucher... y a pas mieux pour se faire repérer, non ?
Film superbe, profond, José Garcia excellent.
Ca va peut-être me donner des idées... non je rigole.
Un chômeur

Paul

J'ai plutôt bien aimé le film ! José Garcia nous surprend par son incroyable prestation d'un ingénieur ambitieux, au chômage et...désespéré !
Il arrive à nous mettre du côté de son personnage, même si ces actes sont terribles et irréparable ! La scène où on le voit discuter avec un concurrent allemand, nous trouble encore plus, car il se rend compte que ce dernier est dans la même galère que lui, vit la même situation (tous ses rivaux ne sont donc pas tous épanouis et heureux !)! Le film de Costas Gavras est aussi bien sûr une critique de notre
société, où le culte de la performance est sans cesse mise en avant, quitte à écraser les autres ou à éconduire lors d'entretien d'embauche des candidats "trop suaves"...!
Je n'ai moi non plus pas compris la fin, peut-être est-elle interprétable de divers manières ?!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Chercher une Info



  • Sur CinéTribulations
      

Ref.Flux.Aragorn

Publicité


  • free music

Mentions Légales

  • Mentions Légales
    CinéTribulations est un portail de blogs publié par Alain Robert (dit Niala01 - Responsable de la publication) et hébergé par le Service Technique d'Hébergement SixApart S.A. 104 Avenue du Président Kennedy 75116 Paris - Tél. : 01.44.14.16.60.
    Pour toute question ou réclamation concernant ces weblogs, veuillez adresser un e-mail à l'adresse suivante : [email protected]
    Conformément à la loi "informatique et libertés" n°78-17 du 6 janvier 1978, les personnes dont les données sont collectées (en particulier les bénéficiaires des places de cinéma pour les avants-premières) bénéficient d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui les concernent. Pour l'exercer, adressez un e-mail au Responsable de la publication.
    Les commentaires et trackbacks sont ouverts, toutefois, tout commentaire ou trackback qui ne serait pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi est susceptible d'être supprimé.
    Le Responsable de la publication se dégage de toute responsabilité pour toute utilisation par des tiers des infos communiquées dans ces blogs. Chaque billet de ces blogs est la propriété de CinéTribulations, mais une brève citation, la reproduction partielle ou entière du contenu des billets de ces blogs sont autorisés en précisant l'auteur et la source.
    Le site cinetribulations.blogs.com est déclaré auprès de la CNIL (n°1123647)

Le Portail des Blogs des CinéTribulations

Les CinéTribulations ou Les CinésTribulations

mon_moi_je

Le retour du bacasable

Le Nouveau Psychoblog - par Karen

Blog powered by Typepad